C’est l’histoire d’une amitié qui a marqué la musique électronique. L’une est une musicienne virtuose passionnée de physique et d’informatique. L’autre est un ingénieur féru de sons et de musique. Wendy Carlos et Robert Moog sont les deux génies à qui nous devons des avancées extraordinaires dans le domaine de la musique.

Robert Moog naît en 1934 dans le Queens et Wendy Carlos en 1939 à Rhode Island. Ces cinq ans d’écart et ces 200 km de distance sont les seules réelles différences entre deux destins très similaires et voués à se croiser.

Déjà jeunes, nos deux protagonistes dénotent d’une très grande intelligence. A l’image de Robert Moog qui, à 14 ans, construit son premier theremin. Une machine qui permet de jouer avec la fréquence des ondes électriques en approchant ses mains des deux antennes du boîtier. Cet instrument produit un son très reconnaissable et largement utilisé dans le cinéma de science-fiction des années 50. Quelques années plus tard, Moog finance ses études supérieures en vendant ses theremin en kits.

 

 

Toute aussi précoce, Wendy Carlos – sous le nom de Walter Carlos avant son changement de sexe à l’âge de 34 ans – fait preuve d’un talent certain pour la musique. A 10 ans, elle compose un trio pour clarinette, accordéon et piano. Mais adolescente, elle attrape le virus de l’électronique et du bidouillage et assemble son premier ordinateur. A la majorité, elle a déjà conçu son propre studio et enregistre ses premières expérimentations de musique électronique.

En 1965 Robert Moog est diplômé d’un master en génie électrique et possède un doctorat en physique. C’est durant ses études qu’il réussi à créer des synthétiseurs plus petits et agrémentés de modules supplémentaires et plus complexes. Quant à elle, Wendy Carlos effectue ses études en physique et assiste des grands noms de la musique classique comme Léonard Bernstein.

C’est en 1964 que les deux jeunes ambitieux vont se rencontrer. Alors que les premiers synthétiseurs Moog connaissent un succès modéré, le jeune ingénieur présente ses prototypes de synthétiseurs modulaires au congrès de l’Audio Engineering Society (AES). Il attire alors de potentiels acheteurs et beaucoup de passionnés intéressés par ses innovations. Parmis ces passionnés il y a Wendy Carlos.

 

 

Lors de leur rencontre Wendy Carlos se voit contrainte de réveiller l’ingénieur alors en pleine sieste. Ils s’échangent les coordonnées, quelques jours après ils prennent contact et c’est le début d’une amitié de plus de 40 ans.

Cette amitié est la base d’une collaboration fructueuse et déterminante pour le futur de la musique.

Wendy Carlos est une des pionnières dans l’utilisation et la maîtrise des instruments Moog (instrument très complexes). Elle effectue des tests pour son ami et enregistre même des démos pour la promotion des synthétiseurs.

En 1968, Moog met la touche final à un synthétiseur spécialement conçu pour Carlos. Un appareil qu’elle utilisera dans son nouveau projet: jouer des compositions de Bach intégralement au synthétiseur. Ainsi naît Switched-On Bach, un album conceptuel avec un son inédit à l’époque. Une sorte d’épopée futuriste où Bach serait un musicien électro pro du synthé. La même année, Carlos remporte trois Grammy awards et vend plus d’un million d’exemplaires.

Après le succès de Switched-On, le son caractéristique des synthés Moog est recherché dans la musique populaire. Robert Moog raconte que quelques mois après la sortie de l’album de Wendy Carlos, son carnet de commande affichait déjà Mick Jagger (chanteur et leader des Rolling Stones) qui demandait que l’instrument soit livré avec un instructeur. L’année suivante les Beatles utilisent un synthétiseur Moog sur l’album Abbey Road. Les instruments de l’ingénieur américain deviennent encore plus populaires après la création du minimoog. Cette nouvelle version du synthé est largement plus petite que les premiers et comporte un clavier intégré, ce qui est inédit à l’époque. A partir des années 70, la firme s’impose avec ses innovations et accompagne des artistes comme Pink Floyd, Yes ou Stevie Wonder.

Pour Wendy Carlos c’est la consécration. Son art et son talent sont propulsés sur le devant de la scène, ce qui la conduit à travailler avec le cinéaste Stanley Kubrick. C’est elle qui va composer la musique des futurs chefs d’oeuvre Orange Mécanique et The Shining. Elle participera également à la composition de la bande originale du film futuriste Tron. Pendant des années ses compositions continuent d’explorer les liens entre musique classique et nouveaux outils de création.

Cette collaboration entre Carlos et Moog est à l’origine du passage de l’expérimentation électronique dans la sphère populaire. Alors que la musique électronique représentait un art expérimental sans issu, Carlos et Moog ont montré qu’avec du matériel performant et du talent on pouvait créer des oeuvres électroniques et complètes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

6 − 2 =