Qui est S.U.R.V.I.V.E ?

 

S.U.R.V.I.V.E est un groupe de 4 Texans fous de synthés et d’expérimentations planantes électroniques. Le groupe qui s’est associé en 2009 se distingue clairement du reste du spectre musical de ces 10 dernières années.

 

Pour comprendre ce groupe, commençons par leurs influences. Dans des interviews, ils évoquent aussi bien le groupe Tangerine Dream que le réalisateur/compositeur indépendant John Carpenter. Un savoureux mélange entre électro expérimentale et ambiance de film d’horreur. C’est d’ailleurs cette patte si particulière qui leur vaudra d’être intégré à la B.O du thriller The Guest et gagner leurs premières lettres de noblesse.

 

Ce qui nous emène à pourquoi vous connaissez S.U.R.V.I.V.E sans les connaître ?

 

Kyle Dixon et Michael Stein, une partie du groupe, sont tout bonnement à l’origine de la musique du générique de la série d’horreur ultra-populaire Stranger Things. Même s’il ne s’agit que de la moitié du groupe, l’adn de la musique de S.U.R.V.I.V.E est bien présente: des synthés et du suspense.

L’album: RR7349.

 

Un nom aussi curieux que leur proposition musicale. Cette référence n’est autre que le numéro de série de leur album. Donc ne cherchez pas de signification mystique, il n’y en a pas. Le groupe justifie ce titre étrange de la manière la plus simple qu’il soit: “c’est pour pas se prendre la tête sur la recherche d’un titre.” Malin …

 

Pour ce qui est du contenu de l’album, c’est à la fois bizarre et audacieux. On se retrouve dans une sorte d’épopée, dans un thriller scifi-horrifique. L’album est traversé d’une ambiance tantôt mystérieuse, tantôt angoissante mais toujours planante. A y bien regarder, je dirais que l’album est une histoire mêlant 2001:Odyssée de l’espace et Halloween.

 

RR7349 c’est du suspense audio à écouter et réécouter avec un casque ou des enceintes qui craches. Ça s’écoute pres des oreilles ou très fort. Le but du jeu est de se laisser embarquer et que l’ambiance transperce les murs et le plafond.

 

 

Sur l’album tous les morceaux racontent une histoire. Mais la beauté d’avoir un opus purement instrumental tel que celui-ci, est qu’on a la place d’imaginer son propre scénario. Là où S.U.R.V.I.V.E est fort c’est qu’il dope notre imagination. Quand j’écoute RR749, je me retrouve comme plongé dans un monde intersidéral, aux commandes d’un vaisseau spatial naviguant en direction d’une planète peuplée de créatures extraterrestres.

 

L’album commence avec A.H.B, dans lequel on retrouve tous les éléments qui vont se répéter le long de l’album, à savoir: synthés lourds, refrains planants et un son ample.

 

Après il y a Dirt, une course poursuite infernale caractérisée par sa ligne de basse continue et son synthé qui file à tout allure. Suivi de High Rise qui a des sonorités plus électro (j’ai trouvé des similarités avec le morceau Spitfire de Porter Robinson).

 

Le climax de l’album est sans aucun doute Wardenclyfe qui est le plus épique des morceaux. C’est aussi le tournant dans l’ambiance de l’album. Alors que sur les titres précédents nous étions sur du scifi/action, S.U.R.V.I.V.E nous pousse sur le chemin du mystère et de l’horreur (surtout sur Sorcerer et Low Fog – des noms sans équivoques).

 

En résumé, S.U.R.V.I.V.E nous offre un vrai voyage cinématographique au sein de notre propre esprit. Mais au delà d’être des ambianceurs géniaux, Stein, Jones, Dixon et Donica sont des artisans du synthétiseurs. Ils n’ont pas peur de l’expérimentation et de verser dans le bizarre.

 

Cette audace est payante !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-neuf − sept =