C’est en pleine pérégrinations sur Soundcloud que je tombe sur les jams terriblement funky du Delvon Lamarr Organ Trio. Il ne faut pas plus de quelques secondes d’écoute pour être happé par le premier titre: Raymond Brings the Greens. Un concentré de groove mené avec brio par un orgue, joué tout en tacte et en finesse, une batterie sèche et groovy, une guitare à la fois funky et rock.

Mais qui sont Delvon Lamarr et ses acolytes ? Je suis allé à leur rencontre :  

Oystahmusic: Qui compose le groupe ?

Delvon Lamarr: Le groupe c’est Jimmy James à la guitare, David McGraw à la batterie et moi-même Delvon Lamarr sur l’orgue Hammond B3.

Comment et quand avez vous commencé à jouer ensemble ?

A l’origine du groupe, il y a ma femme et manager Amy Novo (aka Shortcake), c’est elle qui m’a convaincu de monter le trio. Deux ans après notre formation on faisait nos premiers show. En ce qui concerne le groupe en lui même, au début, c’était que moi et David McGraw, on avait un guitariste différent. On a joué pendant plusieurs mois au Royal Room à Seattle puis notre guitariste est parti dans un autre groupe dans lequel il jouait aussi. J’ai finalement appelé Jimmy James fin 2015 et c’est là qu’à commencé le vrai Delvon Lamarr Organ Trio.

J’écoutais vos morceaux, et on a vraiment la sensation que c’est du pur live. Comment vous écrivez la musique et l’enregistrez ?

On écrit tous des morceaux. Ce que je fais, c’est lorsque j’ai un air dans la tête je le joue pour les autres aux repet’. Je n’écris pas la partie des autres. Je les laisse jouer ce qu’ils jouent, je ne veux pas tout écrire. Donc finalement, on jam autour d’un certain groove et ce qui nous plaît, on le garde.

Donc l’enregistrement est live ou c’est un enregistrement classique ?

On a la structure général du morceau mais l’enregistrement est assez spontané, c’est l’élément jazz de notre musique en quelques sorte. Quand on a enregistré Close But No Cigar, on a pas fait de pistes supplémentaires avec des rajouts, juste un enregistrement ensemble dans la même pièce, pas de séparations. On a joué directement du début à la fin sans s’arrêter. Sur le master final on a finalement décidé de rajouter quelques tambourins sur certains morceaux. Donc ce qu’on fait c’est qu’on se pointe au studio et on joue, comme en live. C’est notre truc.

Sur Raymonds Brings The Greens, on devine un hommage à The Man Who Sold The World de Bowie. Sur Al Greenery, c’est comme si vous jammiez sur Can’t Stand the Rain d’Ann Peebles. Vous avez des influences assez variées. Quelles sont vos influences ?

J’adore Ann Peebles. Malheureusement, ce n’est pas un nom qu’on entend souvent. Je suis influencé par tout type de sons et de musiques. Le rythme est partout autour de nous quand on y pense. Un de mes groupes préféré est Led Zeppelin. Mais j’adore aussi Miles Davis, Dr Lonnie Smith, Soulive, Van Halen, Brother Jack McDuff, Johnny Cash etc …. J’apprend de tout.

 

 

Qu’est ce qui t’as donné envie de faire de la musique ?

J’ai grandi en écoutant de la soul et du R&B old school. Ma mère était chanteuse dans une chorale, donc j’ai toujours eu cette influence dans ma vie. Quand j’étais au lycée mon grand frère m’a fait découvrir le jazz. Il faisait du hip-hop alors il avait un petit studio où il faisait des samples. En grandissant j’ai décidé de faire de la musique jazz et soul.

Dans la section ‘bio’ sur les réseaux sociaux tu dis souvent que tu joues avec un Hammond B3. C’est le quatrième membre du groupe en fait ?

Le Hammond B3 est vraiment le quatrième membre du groupe. Il a sa propre personnalité et a deux fonctions au sein du groupe. Il fait la basse et s’occupe des mélodies et solos. Comme je joue la ligne de basse avec mes pieds et ma main gauche et je fais les accords, mélodies et les solos en même temps, c’est comme une seule entité. Mais la personne derrière l’instrument fait la personnalité du Son.

Vous avez tous votre matériel particulier ?

Oui, Jimmy James a sa Silverstone 60’s et une Fender Stratocaster, qu’il fait passer dans un ampli Peavey Delta Blues. David McGraw a un kit Gretsch des 70’s. Pour ma part, c’est un Hammond B3 de 1971 armé d’enceintes Leslie 122.

Une tournée de prévu aux US ou en Europe ?

On vient de signer chez Kurland Agency qui s’occupe de notre booking. On joue déjà au festival Festival Soul Jazz de St Paul en France en juillet 2018, puis on se prépare une tournée avec ça.

Peut-on trouver votre musique en vinyle ?

On a un 45 tour chez Colemine Records, le 2 mars on sort un album sous tout format.

 

Image de: Ernie Sapiro Photography

Retrouvez Delvon Lamarr Organ Trio sur:

Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × deux =