Avant d’enterrer les Red hot dans la catégorie des papy du rock qui ne font plus rien de bon, souvenons nous de cette bombe punk-funk-rock qu’ils ont lâché en 1991: Blood Sugar Sex Magik.

Mais qui sont réellement les Red Hot Chili Peppers, des punks, des funker, ou des rockeurs à l’ancienne ?

Les deux membres originaux, le chanteur Anthony Kiedis et la bassiste Flea, se rencontrent au lycée. Ce sont les deux seuls membres ayant toujours été dans le groupe, des années 80 à aujourd’hui.

Les deux hommes sont rejoints par le batteur Jack Irons et le guitariste Hillel Slovak, deux membres importants dans l’histoire du groupe. Ils se baptisent alors  Red Hot Chili Peppers et commencent à faire parler d’eux dans tout LA.

Mais Irons et Slovak quittent le groupe pour tenter leur chance ailleurs. C’est donc avec le guitariste Jack Sherman et le batteur Cliff Martinez que les Red Hot enregistrent leur premier album éponyme. Cet opus a très peu de succès, trop avant gardiste pour l’époque.

 

 

Malgré cet album discret, Flea, Kiedis, Sherman et Martinez continuent l’aventure en intensifiant leur son funk. Ce qui les conduit à faire un second album, Freaky Styley, avec George Clinton le roi de la funk, aux manettes. Après la bonne réception de l’album, Irons et Slovak ré-intègrent le groupe.

La musique des Red Hot sur The Uplift Mofo Party Plan, leur troisième album, prend une tournure punk. Effectivement, au milieu des années 80 la scène underground californienne est largement influencée par des groupes punk hardcore comme les Dead Kennedys ou Minor Threat.

 

 

Cet album marque un véritable tournant vers un son unique entre funk et punk.

Malheureusement, en 1988, une tragédie vient interrompre le groupe dans son aventure. Hillel Slovak meurt d’une overdose et le batteur Jack Irons quitte le groupe. Les Red Hot sont de retour à la case départ avec les deux membres originaux: Flea et Kiedis.

Malgré ce malheur, les deux amis décident de recruter un guitariste et un batteur. Le premier est un fan des Red Hot de 10 ans leur cadet, John Frusciante et le second est un batteur hard-rock, Chad Smith.

Cette formation est à l’origine des plus grands succès du groupe. En 1989,  ils enregistrent Mother’s Milk qui est un album beaucoup plus abouti que les précédents et qui attire l’attention des médias. MTV diffuse en boucle leur reprise de Stevie Wonder, Higher Ground.

 

Cette soudaine reconnaissance les conduit à collaborer avec le légendaire producteur Rick Rubin (Slayer, AC/DC, Public Enemy, etc. …) qui donne naissance à Blood Sugar Sex Magik, album fondamental du rock des 90’s.

L’album est enregistré dans le manoir de Rubin à Hollywood, à la manière de Houses Of The Holy de Led Zeppelin. Les membres du groupe restent vivre sur place. Cette vie en quasi-autarcie permet la création d’un album complexe et original.

Le titre Breaking The Girl est une ballade acoustique qui rompt avec le style énergique habituel du groupe. Elle est si particulière et unique qu’elle n’est jouée qu’une seule fois durant la tournée promotionnelle de l’album.

Elle reste cependant un parfait exemple de l’envie des Red Hot d’aller plus loin dans leur musique en explorant des titres plus mélodiques. Un style que l’on retrouve plus largement sur leurs futurs albums Californication et By The Way.

 

 

I Could Have Lied est une des balades les plus touchantes des Red Hot Chili Peppers. Elle est aussi une illustration parfaite de la synergie qui existait entre Anthony Kiedis et John Frusciante. L’histoire derrière cette chansons repose sur la rupture entre Kiedis et une certaine Sinead O’Connor (la célèbre chanteuse de Nothing Compares 2 U).

 

 

Les deux véritables singles qui portent l’album au top des charts sont Give It Away et Under The Bridge. Le premier titre est boudé par les radios pour son ‘manque de mélodie’, ce qui ne l’empêche pas d’atteindre la première place du Billboard Modern Rock Tracks en 1991.

 

Under The Bridge est un classique des Red Hot qui a bien failli ne jamais voir le jour. Effectivement, les paroles sont issues d’un poème que Kiedis a écrit pour exorciser la mort de son ami Hillel Slovak. Rubin tombe par hasard dessus et persuade Kiedis de l’enregistrer.

A sa sortie le titre prend la 2ème place des charts aux US et propulse les Red Hot dans la sphère mainstream.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

19 − 6 =